Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Chine > Le musée de l’histoire du Shaanxi à Xi’an
Chine : Xi’an

Le musée de l’histoire du Shaanxi à Xi’an

22 août 2018, par Madeleine, Pascal

L’actuelle province du Shaanxi dont Xi’an est la capitale bénéficie d’un climat relativement doux et d’un sol fertile : le lœss. Elle constitua ainsi, dès la préhistoire, un des berceaux de la civilisation chinoise.

Au musée d’histoire du Shaanxi, nous visitons des salles consacrées aux découvertes archéologiques effectuées dans la province depuis la préhistoire jusqu’à l’époque Tang.

Arrivée au musée d’histoire du Shaanxi

.
Aux périodes historiques, la ville de Xi’an fut, à plusieurs reprises et sous des noms divers, capitale des royaumes ou empires successifs, ce qui explique l’exceptionnelle richesse archéologique de la région.

À son apogée, sous la dynastie Tang (618-907), la ville de Xi’an était le point de départ des Routes de la Soie mais aussi la plus grande ville du monde sous le nom de Chang’an, "La paix éternelle".

Dans le hall d’accueil du musée trône un imposant lion de pierre. Il s’agit de la reproduction d’une statue trouvée sur le site de Xianyang, proche de l’actuelle Xi’an. La statue gardait le tombeau de la mère de l’impératrice Wu Zetian de la dynastie Tang.

Jusqu’à l’époque Tang, les sculptures de pierre gardiennes des tombeaux impériaux représentaient plutôt des créatures mythiques en forme de dragons à cornes.

À partir de la dynastie Tang, la forme du lion apparaît, témoignant de la rencontre de cet animal dans les régions occidentales auxquelles la Route de la Soie donnait accès.

Ce lion plein de force évoque le style héroïque qui caractérise la dynastie Tang. Il est le plus grand de tous les lions de pierre trouvés en Chine.

La cité de Xi’an déclina après la fin de l’empire Tang.

Préhistoire

L’une des cultures néolithiques identifiées en Chine est celle de Yangshao, présente en particulier sur le site de Banpo, proche de Xi’an.

Des Shang aux Zhou : les royaumes de l’âge du bronze

Après divers souverains mythiques et une dynastie Xia, elle aussi plus ou moins mythique, la dynastie Shang (v. 1570-1045) émerge dans la vallée du Fleuve Jaune et se signale par un artisanat du bronze remarquable. C’est aussi l’époque où apparaît l’écriture.

Au XIe siècle, les Zhou (1050-221) s’installent dans la vallée de la Wei où ils se fixent. Xi’an sera leur première capitale sous le nom de Xianyang.

La photo ci-contre montre un vase tripode rituel en bronze d’époque Shang. Cette forme, le vase ding ou chaudron, est inspirée de la vaisselle en céramique et destinée aux offrandes rituelles de viandes de son propriétaire. Son décor constitué d’une bande à décor géométrique ne couvre encore qu’une faible partie de l’objet.

Au fil des siècles, les formes se diversifient, les décors s’enrichissent, des incrustations d’or ou d’argent sont parfois présentes et des formes animalières apparaissent.



Insigne de légitimation en forme de tigre en bronze incrusté d’or - Période des Printemps et des Automnes -

Autres matériaux

La dynastie Qin et la création de l’empire

En 221 avant notre ère un prince de Qin du nom de Shihuangdi fonde l’éphémère dynastie Qin et devient premier empereur sous le nom de Qin Shihuangdi. Sa capitale est encore Xianyang. Quelques pièces de l’armée de terre cuite issues de son complexe funéraire proche de Xi’an sont exposées.

L’empire Han

Les Han règneront ensuite pendant quatre siècles, de 206 av. J.-C. à 220 ap. J.-C. sur un empire qui commence à s’étendre vers l’ouest. Le bouddhisme touche déjà certains membres de la cour impériale.

Serviteurs agenouillés - Terre cuite peinte trouvée dans les environs de Xi’an


La route vers l’ouest et l’arrivée du bouddhisme

Après la chute de l’empire Han, la Chine est à nouveau dans une période de confusion politique. Plusieurs dynasties non-Han se succèdent dans le nord, dont les Wei qui promeuvent le bouddhisme et en font une religion d’état.

L’empire des Tang

Après les Wei et les Sui (581-618), les Tang (618-907) assurent trois siècles d’unité à un empire qui s’étend jusqu’au Pamir. Leur capitale Xi’an porte alors le nom de Chang’an : point de départ de la Route de la Soie, elle est, avec deux millions d’habitants, la plus grande ville du monde.

La photo qui suit est une maquette d’une des portes de la ville de Chang’an. Construite initialement sous les Sui, celle-ci fut renforcée sous les Tang puis recouverte par des briques à l’époque Ming. Sa structure a été découverte lors de travaux de restauration des remparts de Xi’an en 1984.

Modèle réduit d’une des portes de Chang’an

Céramique







Bronze et Orfèvrerie


Décors muraux

Aperçu sur l’art des empires ultérieurs

Grotte bouddhique de Zhongshan (1067) - Dynastie des Song -



Article mis à jour le lundi 26 novembre 2018