Le site de Madeleine et Pascal
Accueil > Photos de voyages > Par pays > Égypte > Autour du Lac Nasser > Le temple de Mandoulis de la Nouvelle Kalabsha

Le temple de Mandoulis de la Nouvelle Kalabsha

Un sanctuaire d’époque romaine dédié à un dieu de Basse Nubie

23 janvier 2021, par Madeleine, Pascal

(Le lac Nasser, vu depuis le site de la Nouvelle Kalabsha)
Le lac Nasser, vu depuis le site de la Nouvelle Kalabsha

Kalabsha est le nom d’un village de Nubie qui se trouvait à environ 50 kilomètres au sud d’Assouan. Aujourd’hui submergé par les eaux du lac Nasser, il est connu pour son temple de Mandoulis d’époque romaine.

Suite à la construction du Haut barrage d’Assouan, le temple de Mandoulis a été démonté et reconstitué sur un ilôt, un peu plus au sud et plus en hauteur : c’est le site de la Nouvelle Kalabsha.

Le temple de Mandoulis voisine aujourd’hui avec les témoins de trois autres édifices transportés sur le site après leur sauvetage :

  • les rares vestiges d’un grand hémispéos édifié par Ramsès II, dédié à Ptah mais aussi à Ramsès II divinisé : le temple de Gerf Hussein
  • un hémispéos construit par le vice-roi de Nubie pour Ramsès II : le temple de Beit el-Ouali,
  • un petit kiosque d’époque romaine, le kiosque de Kertassi.

L’histoire du temple et le culte de Mandoulis

(Vue d’ensemble du temple de Mandoulis)
Vue d’ensemble du temple de Mandoulis

Le temple de Kalabsha était dédié à Mandoulis, dieu d’origine nubienne, ainsi qu’à la déesse Isis de Philæ. Les Grecs considéraient plus spécialement Mandoulis comme le fils d’Isis et de Sérapis et il fut l’objet d’un culte très important à l’époque ptolémaïque.

Le temple fut construit à l’époque d’Auguste sur un petit édifice antérieur de Ptolémée VIII qui avait lui-même remplacé un temple de la XVIIIe dynastie. Les inscriptions et les décors du temple sont restés inachevés.

Le bâtiment, long de 77 mètres, était entouré d’une enceinte de briques haute de 15 mètres dont on aperçoit les restes ou des éléments de reconstitution sur la photo ci-contre et celles qui suivent.

On peut consulter un plan et une reconstitution du temple : ils montrent que le temple était précédé d’un quai et d’une allée dont la plupart des vestiges subsistent.

Débarquement face au temple de Mandoulis


Le quai et la reconstitution du mur d’enceinte

Le temple connut son apogée au début de la christianisation de l’Égypte : le peuple nubien des Blemmyes qui occupait le pays d’Ouaouat (Basse Nubie actuelle), fut appelé à la rescousse par Dioclétien pour mater une révolte. Ultimes fidèles à la religion égyptienne, les Blemmyes venaient à Philæ vénérer Isis et Mandoulis et remontaient le Nil jusqu’au temple de Mandoulis. Le culte de Mandoulis se maintint ainsi jusqu’au Ve ou VIe siècle, époque où s’établit en Basse Nubie un royaume chrétien, la Nobatie, après la chute de l’empire de Méroé.

Le pylône d’accès au temple de Mandoulis

La cour

La cour, ceinte d’un portique sur trois côtés, précède la salle hypostyle dont la façade, regardant vers l’est, constitue le fond de la cour. Cette façade présente la même structure que dans des temples antérieurs d’époque ptolémaïque : des colonnes reliées par un mur-bahut ou mur d’entrecolonnement et une porte à faux linteau.

Les colonnes sont coiffées de divers modèles de chapiteaux composites.

La façade de la salle hypostyle


  • Un panneau gravé orne chaque mur d’entrecolonnement.
    Sur la droite de la photo, le montant gauche (...)
  • Chaque panneau du mur-bahut est surmonté du (...)
  • Le fût des colonnes se termine par plusieurs (...)
    Au-dessus de la porte, l’architrave est (...)
  • Détail des deux uræi : le serpent de gauche est (...)
  • Colonnade de l’aile sud et, au premier plan, (...)


  • Un chapiteau de la façade de la salle hypostyle.
  • Un autre chapiteau de cette façade
  • Un chapiteau de l’aile nord
    Sur le fût, au-dessus de la ligature, le tronc (...)

Les décors sont d’un style particulier, simplement incisés, presque sans modelé et, pour une bonne part, seulement esquissés.

  • Une scène classique, sur un des panneaux du (...)
  • Les cartouches portent la simple mention "Per (...)
  • Texte ornant la base d’une colonne du mur-bahut
  • Détail des hiéroglyphes : à gauche, un cartouche (...)
  • Décor de l’encadrement de la porte : en haut, (...)
    Au registre du milieu, Mandoulis face à (...)
  • Mandoulis et Isis sur un autre panneau du mur (...)
  • Un cavalier armé d’une lance et, au-dessus de (...)
    On peut voir dans cette scène à la romaine un (...)
  • Un texte en grec, sur le mur nord de la (...)

La salle hypostyle

  • Dans la salle hypostyle
    La porte qu’on voit sur le mur du fond donne (...)
  • Les colonnes

Les décors sont ici excisés, esquissés par un tracé très raide. Ils sont martelés à la partie inférieure, suggérant que la salle ait pu servir d’église à l’époque où la région fut christianisée.

  • Sur le mur du fond, des scènes en registres : (...)
    Sur la droite, la porte qui donne accès au (...)
  • À la partie supérieure, une frise de vautours (...)
  • De l’autre côté de la porte, la même organisation
  • Détail de cette frise juste esquissée : deux (...)
  • Le "Bâ" de Mandoulis, dans un bouquet de (...)

Les vestibules

Dans le premier vestibule

La photo précédente montre que ce vestibule est une salle nettement asymétrique : sa partie sud (à droite sur la photo) est nettement plus étroite que sa partie nord, en raison de l’existence d’une salle annexe, du côté sud.

  • Les décors sont dans un style bien différent de (...)
  • En bas, le roi offre du lait à Mandoulis : (...)
    Mais à la scène supérieure, les couronnes sont (...)
  • À la base de la salle, une procession de dieux (...)
    Ici, le nome du chacal
  • Et ici le nome de la Hase.
  • Du premier vestibule, aperçu vers le second (...)
  • Dans le deuxième vestibule : le mur sud
  • L’empereur, curieusement coiffé, verse du lait (...)
  • Détail d’une scène : Mandoulis l’enfant, (...)
    Le dieu-enfant est représenté nu. Il suce son (...)

Le sanctuaire

Dans le sanctuaire

Les décors sont excisés et leur style, relativement fin, apparenté à celui des grands temples d’époque ptolémaïque. L’empereur Auguste est nommément désigné dans les cartouches.

  • L’empereur offre de l’onguent à Mandoulis et à (...)
    À droite, appartenant à la scène voisine, (...)
  • Dans le sanctuaire : l’empereur, hors champ, (...)
    À droite, l’empereur (appartenant à la scène (...)
  • L’empereur offre des lotus à Isis et Harpocrate.
    Remarquer la mèche d’Harpocrate
  • Détail de la procession des dieux Nil qui fait (...)

  • Sur le montant de la porte, des hiéroglyphes (...)

Autour du temple : le puits, le mammisi et des gravures rupestres

Dans l’étroit passage séparant le sanctuaire du mur d’enceinte se trouvent les vestiges d’un puits et de l’escalier qui permettait d’en atteindre le fond.

Le puits

Un mammisi était également annexé au temple ; il était dédié à une divinité nubienne du nom de Dédoun. Situé à l’origine dans l’enceinte extérieure du temple de Kalabsha, il a été reconstitué sur le site dans le voisinage du temple, sans que sa situation le lie de manière évidente au temple.

Le mammisi de Dédoun

À l’extérieur du mur d’enceinte du temple sont entreposées quelques gravures rupestres trouvées à proximité.

  • Éléphants
  • Gazelles
  • Comptabilité ?


()


Article mis à jour le dimanche 31 janvier 2021