Le site de Madeleine et Pascal

Arras

26 juin 2021, par Madeleine, Pascal

En 2020, lors d’un périple consacré aux cathédrales de la région des Hauts-de-France, nous faisons une pause à Arras.

La Grand-place et la place des Héros

Les maisons de ces deux places furent édifiées de manière coordonnée à la demande de Philippe II d’Espagne. Détruites lors de la Première guerre mondiale elles ont été reconstruites à l’identique.

Elles sont marquées par l’influence du style flamand dans une architecture classique du XVIIe siècle.

La Grand-place


  • Maisons de la Grand-place
  • Maisons de la Grand-place
  • De la Grand-place, vue vers le beffroi de (...)

  • L’Hôtel de ville, sur la place des Héros
  • La place des Héros et l’Hôtel de ville
  • Maisons de la place des Héros avec leurs (...)


La place des Héros

La cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Vaast et l’abbaye de Saint-Vaast

Selon le récit de sa vie, le prêtre Vaast aurait instruit Clovis au catholicisme avant sa conversion lors du baptême de Reims. L’évêque de Reims, Rémi, confia par la suite à Vaast la charge des évéchés d’Arras puis de Cambrai. Vaast y lutta contre le paganisme qui se réimplantait à l’issue de l’invasion d’Attila.

En 667, Aubert, évêque de Cambrai, fonde à Arras une abbaye à la mémoire de saint Vaast, patron de la ville. Elle deviendra au fil des siècles une grande abbaye urbaine, célèbre par sa bibliothèque, accompagnant le développement de la riche capitale de l’Artois.

L’abbaye fut entièrement reconstruite à partir de 1745 dans le style classique à la mode à cette époque et l’église abbatiale reconstruite à partir de 1774. La Révolution épargna l’abbaye, transformée en hôpital. La grande église abbatiale encore inachevée en 1804 fut attribuée au diocèse, en vue de remplacer une cathédrale gothique antérieure, désaffectée puis vandalisée pendant la Révolution et finalement rasée sous l’Empire.

Façade de la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Vaast

La Première guerre mondiale la détruisit complètement et l’édifice qu’on visite aujourd’hui est une reconstruction à l’identique de cette cathédrale Saint-Vaast du XVIIIe siècle.

Une aile de l’abbatiale

L’ancienne abbaye et la cathédrale constituent aujourd’hui l’un des plus grands ensembles d’architecture du XVIIIe siècle en France.

Entrée de la cour d’honneur de l’abbaye

La cour d’honneur de l’abbaye

Les décors intérieurs de la cathédrale ont bénéficié du renouveau artistique de l’art religieux pendant la première partie du XXe siècle.

  • La nef
  • Dans la nef, la chaire en pierre sculptée de (...)
  • Détail de la chaire : les deux évangélistes (...)
    Entre eux, leurs emblèmes : l’ange pour Mathieu (...)

  • À la croisée du transept
  • Scènes de la vie de la Vierge sur la coupole (...)
  • L’ambon, au premier plan du chœur
    Le maître-autel est une table de granit noir (...)
  • Détail du banc de communion : le pain et le (...)

  • L’autel du Calvaire, situé dans le bras nord du (...)
  • La Nativité - Georges Desvallières
    Cette toile et la suivante se trouvent de (...)
  • La Résurrection - Georges Desvallières - (...)
    Georges Desvalllières (1861-1950) créa, à son (...)
  • Un épisode de la vie de saint Vaast - Charles (...)
    Charles Hollart (1891-1971) est un peintre (...)
  • Transfert des restes de saint Benoît Labre - (...)
    Né en 1748, Benoît-Joseph Labre, pélerin et (...)

  • Vitrail de saint Charles Borromée
  • Détail
  • Vitrail de saint Vaast (ou Vedast)

L’église Saint-Jean-Baptiste

L’église Saint-Jean-Baptiste est la seule église d’Arras qui ait franchi l’épreuve de la Révolution. Elle servit de cathédrale provisoire avant que l’église abbatiale Saint-Vaast, attribuée au diocèse dès 1804, soit achevée, en 1833.

Détruite par un incendie pendant la Première guerre mondiale, l’église Saint-Jean-Baptiste fut reconstruite en 1920 en style néogothique.

  • Le clocher de l’église Saint-Jean-Baptiste, vu (...)
  • Le chœur néogothique
  • Dans la nef, une toile de Rubens
  • Descente de Croix - Rubens
    Cette toile à composition diagonale est (...)
  • Dans une chapelle latérale, une Lamentation (...)

L’église possède un ensemble de vitraux modernes dont certains représentent les Cavaliers de l’Apocalypse.


Article mis à jour le dimanche 27 juin 2021