Le site de Madeleine et Pascal

Saint-Quentin

Dans l’Aisne, l’ancienne capitale du Vermandois

27 juin 2021, par Madeleine, Pascal

Située sur la Somme, la capitale du comté de Vermandois, siège d’un ancien pélerinage aux reliques de saint Quentin, fut ravagée par la Première Guerre mondiale.

À l’issue de la Reconstruction, le patrimoine de la ville conserve une collégiale gothique devenue basilique, un Hôtel de Ville de style gothique flamboyant et divers édifices, maisons et monuments à l’architecture Art déco.

Sur la place de l’Hôtel de Ville

Construit entre 1331 et 1509, l’Hôtel de Ville est un beau témoignage de l’architecture gothique flamboyante du bas Moyen âge. L’édifice a été très largement restauré après la Première Guerre mondiale,

La façade de l’Hôtel de Ville

Sur la place, des constructions de styles variés font face à l’Hôtel de Ville : parmi elles, le théâtre municipal, édifié au milieu du XIXe siècle, dans le style néo-classique.

Le théâtre municipal Jean-Vilar

À sa gauche, sur la photo qui précède, un hôtel dans le style éclectique de la fin du XIXe siècle. De part et d’autre, des façades au style plus régional.

La basilique Saint-Quentin

(Le tour et le portail de la façade)
Le tour et le portail de la façade

La ville est le lieu du martyre de Quentin, l’apôtre de la Picardie qui, au IIIe siècle, refusa d’abjurer sa foi. Ses restes furent déposés dans un oratoire bientôt suivi d’une église carolingienne.

Plan de la basilique Saint-Quentin

Au XIIIe siècle, une collégiale liée à un chapitre de chanoines vint remplacer l’église antérieure, sur le lieu d’un important pélerinage aux reliques de Quentin. La construction commencée en même temps que celles des cathédrales de Paris et de Soissons, dura trois siècles.

L’œuvre resta cependant inachevée : la grande façade qu’auraient exigée les proportions imposantes de l’édifice ne fut jamais construite et c’est une tour carrée massive, de la fin du XIIe siècle, qui en tient lieu. Elle fut complétée ultérieurement par un portail classique.

Cas unique en France, deux transepts confèrent à l’édifice un plan très particulier, en croix à double branche : un grand transept marque l’entrée du chœur tandis qu’un transept plus petit souligne l’entrée dans le déambulatoire.

La collégiale fut érigée en basilique [1] au XIXe siècle.

En faisant le tour de l’édifice

  • Le grand transept nord
    Au-dessus de la croisée du grand transept, un (...)
  • Les deux transepts nord
  • Le chevet
  • Les deux bras du petit transept et l’abside
  • Le petit portail sud

La façade sud

L’intérieur de la basilique

  • La nef, vue depuis l’entrée de la basilique
  • Le chœur et le déambulatoire
    De part et d’autre de l’entrée du déambulatoire, (...)
  • Vue en direction de l’entrée, depuis le (...)

Trois des quatre piliers de la croisée du grand transept

On voit sur la photo précédente que le chœur est longé par une allée sous des voûtes beaucoup plus basses que celles de la nef et on repère à l’arrière-plan les bras sud des deux transepts.

  • Une verrière de la nef et l’orgue
  • Deux piliers encadrent le bras nord du grand (...)
    La nef est vers la gauche et l’entrée du chœur (...)
  • Détail : la verrière du bras nord du grand (...)
  • L’allée qui borde le chœur est divisée en deux (...)
  • La chapelle axiale du déambulatoire

Les voûtes du déambulatoire, à droite, et du chœur, à gauche

Des vitraux du XIIIe siècle et de la Renaissance ont été épargnés.

Détail du vitrail de sainte Catherine d’Alexandrie

Maisons et magasins de style Art Déco

À l’issue de la Première Guerre mondiale, Saint-Quentin, occupée d’août 1914 à septembre 1918, est détruite à plus de 70%.

Durant les années 1920, la cité se reconstruit. À côté des restaurations et reconstructions à l’identique et de réalisations néo-classiques, néo-gothiques ou régionalistes, émerge à partir de 1923-1924 le style Art déco. Les architectes travaillent pour des demeures de clients aisés, des commerces, des grands magasins et des édifices publics.

  • Face à la basilique
  • Face à la basilique
  • La Poste de 1936
  • En descendant vers la place de l’Hôtel de Ville (...)
  • Détail d’une façade
  • Allégorie du Commerce

La large rue commerçante qui descend de la basilique vers la Somme est bordée d’anciens grands magasins aux belles façades.




  • Les bow-windows de l’École de musique
  • Décor fleuri du fronton
  • Dans cette rue, le style Art Déco se mêle à des (...)
  • Sur la place du 8 octobre 1870, le monument à (...)


Monument (1936) au Roi des Belges Albert Ier, "le roi-chevalier" qui combattit dans la Somme durant la Grande Guerre

La gare et ses environs

La gare de Saint-Quentin

L’édifice actuel, construit en 1928, est la troisième gare de Saint-Quentin.

L’intérieur est dans le style Art déco.

Le hall

Le buffet de la gare, célèbre par ses décors du maître verrier et mosaïste Auguste Labouret, est malheureusement fermé et nous ne pouvons le découvrir qu’à travers un vitrage.

Décor intérieur d’Auguste Labouret


La ville est séparée de la gare par un grand pont sur la Somme, lui aussi de style Art déco.

L’entrée du pont sur la Somme, en direction de la ville


  • La Somme
  • Le canal latéral et la Somme, à droite
  • L’Escaut

Notes

[1Une basilique est une église remarquable, par exemple consacrée à un saint particulièrement vénéré. Le titre de basilique donne préséance sur les autres églises du diocèse à l’exception de la cathédrale.


Article mis à jour le vendredi 17 septembre 2021