Le site de Madeleine et Pascal

Qusair Amra et Qusair al-Kharâneh

Deux châteaux omeyyades

3 juillet 2021, par Madeleine, Pascal

À partir de la seconde moitié du VIIe siècle, les califes omeyyades développèrent des résidences, parfois de petites forteresses, érigées aux confins du désert oriental, au milieu des terres tribales.

Ils y rendaient la justice, recevant les requêtes des tribus nomades et contrôlant les aires de transhumance. Ces châteaux étaient aussi des résidences de loisirs pourvues de jardins et de hammams. On y pratiquait enfin la chasse au gibier du désert.

Quand, en 750, les Abbassides triomphèrent des Omeyyades et établirent leur capitale à Bagdad, ces châteaux, devenus trop éloignés du centre du pouvoir furent peu à peu oubliés.

Qusair Amra, le petit château, fut bâti au début du VIIIe siècle par le calife Walid Ier, grand amateur de chasse, de poésie et de plaisirs divers.

Qusair Amra

À seize kilomètres de Qusair Amra, Qusair al-Kharâneh semble avoir eu une fonction militaire. Protégé par une enceinte à deux étages, il est flanqué d’une tour ronde à chaque angle tandis que chacun des côtés possède une tour semi-circulaire.

Qusair al-Kharâneh

On dénombre plusieurs dizaines de ces constructions, tant en Syrie qu’en Jordanie.

En Syrie, Qusair al-Hayr al-Gharbi et Qusair al-Hayr al-Sharqi sont deux autres de ces châteaux omeyyades du désert.

(Façade du musée archéologique de Damas)<br /><i><p>Reconstitution, pierre à pierre, de la façade du palais de Qusair al-Hayr al-Gharbi</p></i>
Façade du musée archéologique de Damas
Reconstitution, pierre à pierre, de la façade du palais de Qusair al-Hayr al-Gharbi


Article mis à jour le lundi 7 février 2022