Le site de Madeleine et Pascal

Kiji

Un musée de plein air de l’architecture traditionnelle en bois

1er février 2018, par Madeleine, Pascal

Dans la partie septentrionale du lac Onega, l’île de Kiji est célèbre pour son enclos paroissial ou pogost constitué de deux églises du XVIIIe siècle et d’un clocher octogonal édifiés en bois et entourés d’une enceinte.

Depuis 1966, l’enclos paroissial a servi de base à la création d’un musée-réserve historique. Aux bâtiments existants ont été ajoutés divers autres édifices en bois relevant de la même technique de construction et issus d’autres régions de Carélie : démontés, ils ont été transportés et remontés sur le site.

Fabrication d’une tuile
Fabrication d’une tuile

Un bulbe en cours de fabrication
Un bulbe en cours de fabrication

Le pogost de Kiji et les bâtiments regroupés aux alentours constituent un ensemble représentatif de l’architecture traditionnelle de Carélie et plus généralement du nord de la Russie et de la péninsule finno-scandinave.

Les bois employés sont le pin, le sapin et le tremble : ce dernier sert en particulier à la réalisation des tuiles auxquelles la patine confère des reflets métalliques argentés. Les constructions sont en rondins unis par des encoches, mais certaines parties peuvent être assemblées avec la technique de la queue d’aronde, pour un résultat plus ajusté.

On considère que les charpentiers russes ont atteint à Kiji l’apogée de leur art.

Le paysage de Kiji
Le paysage de Kiji

Pour profiter pleinement du paysage ci-dessus : utiliser la barre de défilement qui apparaît en bas de la photo.

Arrivée à Kiji

La photo ci-dessous montre la partie supérieure d’un clocher et de deux églises dont la plus grande est en travaux. Cet ensemble, entouré d’une enceinte ici masquée par la végétation, constitue l’enclos paroissial ou pogost.

L’enclos paroissial

L’enclos paroissial, vu depuis le lac Onega


Dans l’enclos, le cimetière
Dans l’enclos, le cimetière

L’enclos paroissial est constitué

  • d’une église d’été, l’église de la Transfiguration-du-Sauveur, à gauche sur la photo qui précède,
  • d’une église d’hiver dédiée à l’Intercession-de-la-Vierge, à droite sur la photo,
  • d’un clocher,
  • d’une clôture de bois construite sur une base de pierres sèches. À l’intérieur de cette enceinte se trouve également un cimetière.

L’église de la Transfiguration-du-Sauveur

Cette église haute de 37 mètres est considérée comme le joyau du pogost de Kiji.

L’église de la Transfiguration-du-Sauveur, vue depuis le lacOnega


L’ouvrage, de structure octogonale en gradins à plusieurs niveaux, est édifié en rondins et coiffé de 22 bulbes argentés formant une sorte de pyramide. La photo-ci-dessous donne une idée de l’ensemble, avant les travaux de rénovation toujours en cours en 2017.

Le clocher

Le clocher, à côté de l’église de l’Intercession-de-la-Vierge

Édifié sur un socle carré, le clocher possède une structure octogonale.

L’église de l’Intercession-de-la-Vierge

L’église de l’Intercession-de-la-Vierge, à droite du clocher, vue depuis le bateau

Cette église, édifiée à proximité de la précédente et terminée en 1764, occupe son emplacement d’origine. Elle est surmontée d’un dôme relativement plat, surélevé par neuf bulbes.

L’église de l’Intercession possède une belle iconostase.

L’iconostase de l’église de l’Intercession


Autour de l’enclos paroissial

À l’extérieur de l’enclos se trouvent diverses maisons, fermes ou chapelles venant du nord de la Russie.

La maison Ochevnev

La maison Ochevnev, vue depuis le balcon de l’église de l’Intercession-de-la-Vierge

Cette maison de 1876 a été transportée depuis la région de l’Outre-Onega. C’est un exemple de demeure paysanne où le logis et la partie utilitaire sont réunies sous un toit commun. L’intérieur de la maison est aménagé en musée ethnographique.

La chapelle Saint-Lazare

Datant peut-être du XIVe siècle, c’est la plus ancienne chapelle de Russie qui nous soit parvenue.

La chapelle de l’Archange-Saint-Michel

La chapelle de l’Archange-Saint-Michel

Cette chapelle date du XVIIIe siècle. Sa forme consiste en un alignement de cellules en rondins : la cellule correspondant à l’espace du culte, à l’est et à gauche sur la photo ci-dessus, est marquée par une coupole recouverte de bardeaux de tremble sur un toit à double pente. La cellule opposée, à l’ouest, débouche sur un vestibule dont l’entrée est au nord. Le petit clocher octogonal à toit conique est couronné d’une coupole et d’une croix.

Un peu plus loin



Notes

Ce logo représente le nom КИЖИ (Kiji) de l’île en caractères cyrilliques, dans une police artistique.


Article mis à jour le mardi 13 février 2018