Le site de Madeleine et Pascal

Arrivée à Moscou

De l’aéroport au quartier historique de Zamoskvoretchye

13 décembre 2017, par Madeleine, Pascal

Le long de la grande voie qui conduit de l’aéroport de Sheremetyevo vers le centre de Moscou, la rue Tverskaïa montre des exemples de l’architecture Art nouveau ou Modern Style. Après avoir contourné le quartier du Kremlin et de la place Rouge par l’est et traversé la Moscova, on découvre, en rive sud de la rivière, le quartier historique de Zamoskvoretchye.

La Galerie Tretiakov qui se trouve dans ce dernier quartier fait l’objet d’un article spécifique, de même que la Nouvelle galerie Tretiakov située un peu plus à l’ouest sur la rive de la Moscova.

Atterrissage à Moscou

L’arrivée à l’aéroport de Sheremetyevo, situé au nord-ouest de Moscou, ménage des vues sur des forêts, les méandres de la Moscova ainsi que les lacs et plans d’eau environnants.

De l’aéroport au centre-ville

À partir de l’aéroport, on rejoint le centre par la chaussée de Léningrad, puis l’avenue de Léningrad, la rue Première-Tverskaïa-Iamskaïa et enfin la rue Tverskaïa.
Le nom de cette dernière vient du fait qu’elle fut l’ancienne route de Tver, une ville située à environ 200 kilomètres sur l’actuelle route de Moscou à Saint-Pétersbourg [1]. La rue Tverskaïa, une des avenues les plus riches de Moscou, est bordée d’immeubles de rapport dont certains sont inspirés par le style Art nouveau.

En contournant le Kremlin et la place Rouge

On atteint un ensemble d’avenues qui entourent le noyau historique de la ville dont la plus grande partie est occupée par le Kremlin.

Promenade à travers le quartier Zamoskvoretchye

Situé au sud du Kremlin, en rive gauche de la Moskova, le quartier Zamoskvoretchye est parcouru par deux longues rues dirigées vers le sud : la rue Pyatnitskaïa et la rue Bolchaïa Ordynka. Cette dernière tire son nom de la Horde d’Or à laquelle les principautés russes et la Moscovie furent assujetties durant la domination mongole. On imagine que résidaient ici les dignitaires mongols chargés de négocier le tribut que les princes de Moscou devaient payer au khan avant qu’Ivan III le Grand ne refuse de s’en acquitter en 1480, libérant Moscou d’un joug qui sévissait depuis plus de deux siècles.

À partir du XVIIIe siècle, des artisans et marchands s’installèrent dans le quartier, suivis, au XIXe siècle, par de riches propriétaires et des artistes. On y voit d’élégantes façades et des palais des XVIIIe et XIXe siècles dans un style néoclassique qu’on appelle ici empire et pour certains transformés aujourd’hui en ambassades.

Premier contact avec l’architecture des églises russes dans le quartier Zamoskvoretchye

Le style russe décoratif

L’église Saint-Nicolas-de-Pyji édifiée vers 1670 est caractéristique du style russe décoratif. Elle montre en particulier des kokochnikis, éléments en forme d’arc de cercle surmonté d’une petite pointe ogivale. Inspirés des coiffes féminines traditionnelles russes de même nom, ils n’ont aucune fonction architecturale de soutien mais seulement un rôle décoratif.

Le style baroque Narychkine

Près de la galerie Tretiakov, l’église de la Résurrection-des-Tonneliers ou église de Kadachi est caractéristique du style baroque russe, dit baroque Narychkine apparu à la fin du XVIIe siècle. Les kokochnikis y sont en particulier remplacés par des corniches soulignées d’une dentelle de pierre blanche sculptée.

Le style baroque pétersbourgeois

Les églises construites au XVIIIe siècle relèvent du style baroque rococo popularisé à Saint-Pétersbourg par Élisabeth, impératrice de Russie de 1741 à 1761.

Un style russe néomédiéval au couvent des Saintes-Marthe-et-Marie

L’église du couvent des Saintes-Marthe-et-Marie

Ce couvent a été fondé en 1908 par la grande-duchesse Élisabeth de Russie, veuve du grand-duc Serge, gouverneur de Moscou assassiné en 1905 par un anarchiste. Élisabeth consacra la vente de ses bijoux et de ses biens à l’achat d’une propriété, rue Bolchaïa Ordynka. Elle y fit construire par l’architecte Alexeï Chtchoussev (futur architecte du mausolée de Lénine) un couvent dans un style néo-russe inspiré des églises médiévales de Novgorod. Elle y créa une communauté dont elle devint abbesse : les religieuses, non cloitrées, œuvraient dans un hôpital et un orphelinat. Élisabeth fut assassinée par les bolcheviks et canonisée par l’église orthodoxe.

Les fresques qui ornent l’intérieur de l’église sont l’œuvre de l’artiste Pavel Korine, par ailleurs auteur des mosaïques de la station de métro Komsomolskaïa et des vitraux de la station Novoslobodskaïa. Artiste du peuple de l’URSS, il reçut le prix Lénine en 1963.

Notes

[1Tver fut, de 1250 à 1490, la capitale d’une principauté autonome, conquise en 1490 par Ivan III le Grand, grand-prince de Moscou et de toute la Russie.


Article mis à jour le dimanche 14 janvier 2018