Le site de Madeleine et Pascal

Accueil > Photos de voyages > Par pays > Iran > Le nord-ouest de l’Iran > Le site archéologique de Shahar Yeri

Le site archéologique de Shahar Yeri

D’étonnants menhirs

2 août 2019, par Madeleine, Pascal

Le site de Shahar Yeri (La vieille ville, en langue azérie) se situe à une vingtaine de kilomètres de la ville de Meshkin Shahr dans la province d’Ardabil.

À partir du village de Pirazmiân, on rejoint les vestiges par une marche d’environ deux kilomètres.

Sur ce vaste site qui fut occupé dès le Néolithique, d’étonnants menhirs ou stèles figuratives sont gravés de silhouettes de personnages. Ce sont peut-être les vestiges d’anciens cultes des IIIe et IIe millénaires avant notre ère.

D’Ardabil au village de Pirazmiân

  • Incitation à l’aumône, un des cinq piliers de (...)
  • L’affiche de gauche annonce la présence d’un (...)
  • Boutiques le long de la route dans les (...)
  • Le stade d’Ardabil porte le nom de Hossein (...)
    Surnommé l’Hercule iranien, il est le premier (...)
  • Mosquée en construction
  • Centrale thermique de Meshkin Shahr
  • Dans le village de Pirazmiân
  • Vente d’oignons, exclusivement...


Panorama depuis le village de Pirazmiân

Sur la photo précédente, on aperçoit le massif du Savalan, troisième sommet de l’Iran qui culmine à 4811 mètres et domine la province d’Ardabil.

  • À l’écart du village, le cimetière
  • Zoom vers le massif du Savalan
  • Arrivée sur le site
  • La maison du gardien du site

Le site archéologique

Le site n’a été étudié que depuis une date relativement récente. Il fut fouillé par un archéologue anglais une dizaine d’années avant la Révolution islamique. Les fouilles ont repris sous la responsabilité d’un universitaire iranien entre 2003 et 2005.

Les premières datations indiquent une occupation depuis le Néolithique jusqu’au second âge du Fer (soit de 6000 à 600 avant notre ère).

Plus précisément, le site s’étend sur 400 hectares et se compose d’un temple et d’une forteresse datés d’environ 1450 av. J.-C. (Âge du fer). Cet ensemble se trouve au pied d’une colline où les archéologues ont identifié des vestiges de peuplement remontant au VIIe millénaire avant notre ère.

Le temple et son enceinte fortifiée

Le temple apparaît comme une structure étoilée, matérialisée, pour la compréhension, par des fils tendus. L’enceinte fortifiée qui en fait le tour est restituée.

Le temple est une structure en étoile ceinte d’une enceinte fortifiée reconstituée

Des stèles figuratives alignées sont gravées de silhouettes de personnages. Elles sont toutes assez semblables et pourraient représenter de valeureux guerriers.

  • Alignement de stèles
  • Une silhouette

Vers la colline

Lors de l’ascension de la colline, on découvre un passage couvert de pierres qui évoque un dolmen : il pourrait s’agir d’une tombe collective.

  • Le passage couvert
  • Le passage couvert, vu de l’autre côté
  • Les murailles d’une ancienne ville
  • Au sommet de la colline


Panorama depuis le sommet de la colline

Une porte monumentale

En redescendant vers la vallée, une pierre posée horizontalement sur deux pierres dressées constitue un passage : peut-être un portail monumental donnant accès à une source sacrée située un peu plus bas au fond d’une grotte.

  • Descente vers la vallée
  • Entrée de la caverne
  • Dans la caverne
  • En ressortant de la caverne

Au retour, vue vers le village de Pirazmiân


Article mis à jour le vendredi 13 septembre 2019